• Roule ma poule

    - Allô, la réa? Boujour! J'ai une patiente au bloc en ce moment, je voudrais en discuter avec le réa de garde...

    - C'est moi. Qu'est-ce que c'est?

    - Une gamine, bientôt seize ans. Une rupture de kyste de l'ovaire hémorr...

    - ... Je te coupe de suite, on fait pas de pédiatrie.

    - Oui mais notre réanimation pédiatrique ne la prendra jamais, ils n'ont pas de lit assez grand. Pi Elle a été prise en charge par un service de médecine adulte la semaine dernière avant de retourner à la maison, alors la question ne se pose même pas. Je peux continuer?

    - Oh de toute façon, j'ai qu'une place.

    - Bon, je prend ça pour un oui. Donc Elle n'a pas d'antécédents notables et elle a rompu son kyste de l'ovaire, je disais. Elle a beaucoup saigné, j'ai été obligé de la transfuser dès son arrivée aux urgences il y a une heure, elle était mal. En plaquettes, notamment. Parce que oui, en fait elle était hospitalisée la semaine dernière pour un pupura thrombopénique, a priori idiopathique bien que je n'aie pas tous les éléments pour l'avancer. Aux urgences, elle avait deux mille plaquettes. Là ça va mieux, l'intervention se termine. Ca ne saigne plus. Mais son bilan d'hémostase n'est pas encore parfait. Le taux de plaquettes reste inférieur à trente mille malgré la transfusion et dans ce contexte particulier je ne peux décemment pas la surveiller correctement en chirurgie... Elle serait mieux chez toi...

    - ... Et en médecine interne, t'as essayé de voir?! Parce que franchement... Regarder une gamine qui saignera plus, pff...

    - Surveiller un post-op d'hémorragie en médecine interne? Tu rigoles, j'espère. Je suis pas spécialiste du PTI, mais je trouve pas ça banal moi, d'être obligé de transfuser une gamine qui présente deux pathologies normalement bénignes avec une thrombopénie majeure à l'arrivée... Je pense qu'elle a saigné spontanément et que rien n'est règlé. C'est bien arrivé une fois, pourquoi pas deux? Et puis d'abord, je ne sais même pas s'il est idiopathique son purpura. Y'a pas rien à faire, on a quand même un diagnostic en suspens... C'est plutôt un truc de réa med, non? Et la recherche diagnostique ne sera jamais terminée en chirurgie, a fortiori un vendredi. Je peux parier un bras là-dessus. Bon, je te l'envoie?

    - Ben non. J'ai qu'une place, y peut arriver quelqu'un d'autre de grave, gnagnagna... 

    - OK. Alors écoute moi bien. Elle est arrivée en choc hémorragique, j'avais cinq de tension et cent trende de pouls. Je l'ai transfusée en O neg, une bonne demi-masse sanguine. Avec deux plasmas et une plaquette. On l'a opérée en urgence. Elle ne pisse pas encore. Elle dort toujours, je peux te la ventiler en soixante pourcents d'oxygène si tu y tiens. Et on réserve une place chez nous pour quand elle ira mieux.

    - ........... D'ac, je la prends.

    Bien sûr que tu la prends, connard.

    J'ai été à ta place avant, je sais bien comment ça marche. Je sais bien pourquoi tu frottes. C'est pas très bandant, une surveillance simple. Mais putain je vois pas comment on peut faire autrement pour cette gamine. Tu oublies que c'est aussi la mission de la réa, la surveillance. Et la régulation du dernier lit, ça marche peut-être avec les cons mais pas avec moi. Réserver un lit pour quelqu'un qui n'existe pas encore, c'est condamné par toutes les sociétés savantes même si c'est une pratique courante. J'ai voulu te la vendre au sentiment, réveiller ta fibre de réanimateur idéaliste. Visiblement elle est morte, il faut te faire le décompte des actes ou diagnostics marqueurs pour te prouver que chez cette gamine, la surveillance simple sera pour une fois valorisée.

    Car j'ai bien entendu mouliner  l'IGS 2 dans ton crâne de piaf avant de lâcher ton oui: son séjour pourra bien bénéficier du forfait réanimation, les statistiques seront soignées. Le dernier lit sera bien occupé par un patient de réa selon le comptable de l'hôpital. 

    Je sais bien que c'est lui le médecin maintenant.

    « Votons!Volontaire »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 5 Mai 2012 à 11:41

    Ce que tu décris là est terrible... A l'avenir, on vendra les patients selon l'IGS II ou en remplissant d'abord les codages PMSI...

    2
    John Snow Profil de John Snow
    Samedi 5 Mai 2012 à 12:05

    Tu sais, c'est déjà le cas! Tu es peut-être un peu jeune pour t'en rendre compte, mais tends bien l'oreille, tu verras. Et quand tu seras aux manettes, ce sera bien pire crois-moi :(

    3
    Q@F
    Samedi 5 Mai 2012 à 15:18

    Et avec un peu de chance (?) elle sera ventilée plus de 48 heures :-P TRALI je cris ton nom, à 2000 plaquettes. Ou comment transformer une surveillance simple en vraie patiente de réa.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Samedi 5 Mai 2012 à 22:15

    Je ne maîtrise pas la langue carabine  (goûter le double sens du mot qui précède ma parenthèse) alors  avec le mot "IGS 2"  j'ai crains l'équivalent des "boeufs-carottes" chez les blouses blanches ...

    En fait, par la grâce de la T2A, vous en êtes à vous refiler les patients pour ne pas dépasser les quotas de lits et maîtriser le budget des frais généraux du service ?

    Si j'ai raison, avec la réduction de personnels, la fermeture des lits et la réduction des budgets, "on" vous place en position d'insolvabilité. Ce sont les "privés" qui vont rafler la mise et les patients vont morfler.

    Déjà, dans mon patelin, consulter un cardiologue hospitalier "en urgence", c'est 2 mois d'attente ...

    Pour être soigné, il faut arriver avec l'ambulance, dans un état critique.

    5
    Q@F
    Dimanche 6 Mai 2012 à 00:52

    @ fultrix : IGS 2 ou Indice de Gravité Simplifiié est un marqueur de gravité des patients admis en réanimation. Cet indice prend en compte les défaillances vitales, un certain nombre de paramètres biologiques, ainsi que certaines pathologies préexistantes. En gros, quand on est un vrai « ranimateur », on n'iame pas les petits IGS. Il paraît que des fois la taille ça compte :-P

    6
    Dimanche 6 Mai 2012 à 13:13
    nfkb

     ah voui ça c'est du quotidien... faut sortir les courbes du TEG pour prouver au réa qu'il se passait quelque chose maintenant... elle a mérité son fibrinogène ?

    Et oui on le vit tous les jours ce problème d'orientation des patients dans les services de surveillance continue ou intensive ou en réa (billard à trois bande maintenant)

    Notre réa chir préfère parfois prendre des malades de l'extérieur que de notre hosto parce que le séjour se valorise mieux... on met parfois des patients plus graves en soins continus plutôt qu'en soins intensifs (mieux doté en moyens humain et matériel) parce que le service de soins continus vient d'être créé et qu'il faut justifier de son remplissage pour maintenir son budget et les IDE ad hoc... et le casse tête des SC est encore plus grand parce que seules certaines chirurgies super lourdes valident le forfait SC et pour la gravité faut s'accrocher avec le score IGS II sans l'âge... hard... et quand je vois que notre chef de service passe un temps fou à optimiser les séjours pour gagner des queues de cerise plutôt qu'à faire de la Médecine, des Soins, de la Recherche ou de l'Enseignement :(

    pourquoi on est arrivé là ? j'en sais rien, je sais que certains trichaient avec le système en collant juste un scope mobile dans une chambre et en décrétant que c'était un séjour de soins continus dans leur clinique... mais quand même c'est vraiment la looze de mêler administration et soins à ce point

    Dernier point ça m'agace aussi au plus haut point ces hauts cris de petit joueur qui croit toujours qu e la catastrophe va leur tomber sur le coin du nez ! quand la catastrophe est là : on se démerde, on bouge des malades, on vient aider les copains et on fait bouger les choses en urgences et c'est ça qui est bon !

    7
    Dimanche 6 Mai 2012 à 17:43

    @ Q@F: Merci pour la traduction !

    8
    BN
    Lundi 7 Mai 2012 à 12:55

    Flippant !

    9
    Mardi 8 Mai 2012 à 01:02
    thoracotomie

    ce qui est malhonnète c'est le "elle doit aller en réa pédiatrique"
    hors réa, c'est déjà pas terrible pour les ados, on en veut plus en pédiatrie, c'est vrai que ce n'est plus leur place, on en veut pas encore en adultes, et c'est vrai aussi qu'ils n'y sont pas bien

    mais des réanimations y en a pas 15 000 de services ! la médecine interne est déjà considérée comme la poubelle des autres services de médecine, si elle l'est de la réa ... 
    un patient de > 75 ans aurait été proposé, n'aurait pas été accepté de bonne gràce non plus.
    il faut des patients bien calibrés alors ?

    et l'illustration choisie : excellente !

    10
    Mardi 8 Mai 2012 à 09:23

    Et oui, copinou, maintenant la médecine c'est ça. Et ça ne s'arrangera pas.

    PS : par contre, pour les mamies myopes comme moi, n'écris plus jamais en italliques ou je viendrai te fouetter en personne 

    11
    John Snow Profil de John Snow
    Samedi 12 Mai 2012 à 01:43

    Désolé pour les réponses tardives. Mais les gaziers veillent au grain, merci ;)

    @ Q@F: On dit aussi que plus c'est long plus c'est bon. Sauf en réa ;)

    @nfkb: Optimisation, justification, forfait... Tu sais pourquoi il vaut mieux prendre un patient de l'extérieur? Pour gagner des "parts de marché". Vous croyez que j'abuse? Non. On en est là.

    @Fultrix: Un patient doit être au bon endroit pour ne pas (trop) coûter et (si possible) rapporter de l'argent (pour renflouer les postes de dépense mal valorisés). Par exemple, un patient opéré le matin et sorti le soir relève de la chirugie ambulatoire. Son séjour ne sera valorisé QUE dans le service ad hoc. Ubuesque. Et pas certain que mes collègues du privé en profitent.

    @Thoracotomie: Calibrés. C'est ça.

    @Fluorette: On peut toujours en parler, je pense ne pas être le seul que cela irrite. Et j'ai tenté de pallier aux problèmes des taupes. Si tu arrives à lire ça, c'est que maintenant ça va ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :