• Poil à gratter

    Poil à gratterA quoi sert un anesthésiste?

    Je me la pose souvent, cette question. Et hier d'autant plus, ayant quitté ma maternité chérie pour filer un coup de main au bloc dans un secteur qui crie à l'aide.

    Première réponse possible: à pousser des seringues. C'est la réponse de tous les connards qui croient connaître mon métier. Et hier justement, j'ai d'abord eu l'impression d'être cette putain de réponse. Mets-toi là, reste ici, fais ce qu'on te dit de faire et ferme ta gueule. Tout bon gazier bien élevé en CHU doit être capable de tenir le rôle. Polyvalent. Moi, ça m'énerve. Je craque forçément à un moment.

    Hier, j'avais l'interne. Premier semestre, fin de stage. Qui compulsait activement les annales du petit examen de fin de première année à subir bientôt. Ca m'a détendu de voir ce gamin pester sur l'utilité de connaître la pharmacologie de la D-tubocurarine, molécule absconse en vogue à l'ère glaciaire de nos chers professeurs. En feuilletant son petit cahier concocté par ses prédécesseurs, je me suis rendu compte que la préparation de cette épreuve a considérablement évolué depuis mon époque pourtant pas si lointaine: cinq années de patience à gratter et peaufiner discrètement des QCM et dossiers avec leur grille hypothétique de correction, chapeau. La moyenne à l'examen a eu pour conséquence de sérieusement s'améliorer, preuve si l'en est que le bachotage sous-marin contente les indicateurs universitaires de qualité de l'enseignement.

    Posons-là les antisèches, j'ai voulu y aller moi aussi de ma petite leçon. Pose de cathéter central, son premier tout seul. Sans écho bien sûr, on n'est pas des pédés.

    Patiente arrive. De médecine. Avec comme tout dossier un vague bout de papier griffonné par l'externe/interne tellement honteux qu'il/elle ne signe pas. Intitulé de la demande: KtC. Motif: Antibiothérapie de longue durée. Antécédents: non rempli. Traitements: héparine dose efficace.

    A quoi sert un anesthésiste? Voir plus haut.

    Je reste calme, souriant à mon interne. Mandons le dossier, un oubli sûrement. J'épluche, je trouve. L'indication de pose est recevable, celle des anticoagulants fumeuse. Mais comme mamie à l'air facile et que je suis pas trop bégueule, le petit va lui poser le dispositif. Ci-fait, Chocolat en vue.

    Décrochons ensuite le téléphone, le crime ne restera pas impuni. Nous délogerons successivement et tour à tour de leur sainte visite infirmière, externe, interne et médecin pour expliquer gentiment, poliment et SANS S'ENERVER ce que moi, petit escargot de bloc, attend de tout ce joili monde en pareille ciconstance.

    Fini, me demande l'interne? Non point. Petit mot poli et confraternel dans le dossier médical pour expliquer pourquoi et comment l'on a dû faire les cons pour en satisfaire d'autres. Exercice imposé: nous nommer lui et moi, ainsi que tous les acteurs responsables contactés avec la teneur des conversations. Mon gnôme sourit, il se lâchera d'une prose agréable mais sobre, méritant les honneurs de mon épreuve de pacotille.

    Fini? Toujours pas. Second cathéter.

    Patient vient de service de chirurgie, hébergement de médecine. En isolement digestif (caca très caca, donc). Pas de demande. Ni écrite, ni orale. Juste une vague rumeur qu'un anesthésiste aurait demandé la pose. Pourquoi? On ne sait pas.

    A quoi sert un anesthésiste? 

    Ne nous fâchons pas. 

    Après quarante-cinq minutes d'appels divers, voici l'histoire reconstituée. Patient adressé par son médecin traitant à l'hôpital pour plaie louche sur truc potentiellement chirurgical. Monsieur sera vu aux urgences par l'interniste qui prescrira prélèvements bactériologiques et antibiotiques puis hospitalisera en chirurgie viscérale ce patient de chirurgie orthopédique faute de place dans ledit service. Vous suivez? Le chirurgien viscéral ne connait pas papy, l'orthopédiste ne veut pas opérer, l'interniste croit que l'orthopédiste gère de près le traitement antibiotique (mouarf!) mais ne comprend pas la nécessité de poursuivre les médicaments sur cette plaie désormais propre. Et l'anesthésiste? Ben, il pense sans voir le malade qu'on ne peut poursuivre le traitement de ce microbe désormais trouvé et gentil QU'AVEC un cathéter central. L'isolement? Alors là, mystère. Une vague selle molle notée en transmissions infirmières comme simple piste. 

    Je prendrai ma plus belle plume pour stopper le traitement ainsi que l'isolement et justifier des raisons qui me font penser à ne pas mettre ce foutu cathé. J'irai tout sourire faire un bisou à papy avant qu'il remonte. Et lui expliquer avec mon interne les raisons de ma démotivation.

    Tout en causant à grand-père, je remarque une discrète cicatrice dans son décolleté hospitalier. Une balafre familière de tous les cancéreux équipés. Une chambre implantable? Un Pace-Maker? Qui sait? Je tripote en faisant signe à mon petit bleu qui n'en croit pas ses yeux.

    A quoi sert un anesthésiste? 

    Les autres, je sais pas. Moi je sais que j'aime bien faire chier, ce sera ma leçon du jour qu'on n'apprend pas dans les facultés.

    D'ailleurs avant de dire au revoir, il me reste quelque chose à écrire dans un dossier.

     

     

     

    « Enfance AfriqueVotons! »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 13 Avril 2012 à 12:50

    Moi aussi, j'ai fait un séjour en Afrique. J'y ai appris la moitié de ce que je sais aujourd'hui, ou en tout cas les trois quarts de l'indispensable. Ce que tu écris est beau. J'en parlerai aussi quand je trouverai les mots.

    2
    Vendredi 13 Avril 2012 à 18:27

    La "D-tubocurarine", celle-là même qui faillit envoyer ad patres JP Chevènement, surnommé depuis "le miraculé de la République" ?

    En tout cas, nous avons ceci en commun que je suis incapable de faire ce que l'on me demande si je ne comprends pas le pourquoi du comment ... Même en cas d'urgence !

    Et puis, avoir l'esprit critique (dans le sens "discussion pour et contre"), c'est important et en voie de disparition ! Il est de salubrité publique de le conserver ! J'ai une sainte horreur des "Bénis-oui-oui".

    3
    Vendredi 13 Avril 2012 à 20:16

    @ Georges: Tu t'es gouré de post pour commenter, je sais. Mais le lapsus CHU/Afrique que tu fais est juste extraordinaire. Rien que pour ça, je le garde. 

    Et je précise toujours pour les autres: je n'exerce résolument pas en CHU.

    @ Fultrix: vous faites fausse route (au sens littéraire bien sûr) je crois au sujet de la D tubocurarine. Car certes, les militaires sont toujours en retard d'un train sur le reste du monde, mais il me semble que l'épisode auquel vous faites référence est imputable à la célocurine, autrement appelée succinylcholine. Cet autre curare, antique également (c'est celui qu'utilisent les indigènes de l'Amazone pour enduire leurs flèchettes empoisonnées), est toujours employé de nos jours et je l'affectionne tout particulièrement. Je tâcherais de vous faire un billet à son endroit si l'envie me prend et que vous restiez sage ! ;)

    Pour le fond du billet, sachez que beaucoup de monde, y compris au sein de la profession (car hélas le ver est déjà dans le fruit), voudrait nous voir cantonnés derrière nos pupitres de bloc opératoire. Je tenais juste à préciser que je suis, nous sommes médecins envers et contre tout. L'anesthésie telle que je la conçois vaut plus que la technique et le geste qui ne sont que parties émergées de l'iceberg.

    4
    Q@F
    Samedi 14 Avril 2012 à 23:38

    Je connais des pédés qui posent quasiment tous leurs cathéters centraux sans échographe. Mais je dis ça , je dis rien :-P

    Je ne compte plus le nombre de fois où l'on m'a demandé de mettre un cathéter central à un pateint proteur de chambre implantable...

    Concernant Chevènemnet, il me semble que c'était un choc anaphylactique au vécuronium, aggravé par le fait qu'il n'avait pas arrêté ses IEC car il avait un peu omis de passer par la case consultation d'anesthésie. Ah oui, à quoi sert un anesthésiste déjà ?

    Nous sommes victimes du fait que nous sommes devenus des génériques car nous nous adaptons à l'activité, contrairement aux autres collègues dont l'organisation tourne autour de leur activité. Du coup, un chirurgien c'est toujours Dr Machin ou Dr Truc, mais nous ne serons jamais que « l'anesthésiste ». Moi aussi, il y a des jours où ça m'énerve très fort, et je partage ton commentaire sur le fait que l'anesthésie est plus que de la technique.

    5
    Xénon
    Dimanche 15 Avril 2012 à 00:04

    Mon cher John,

    Merci pour ce post le jour de mon anniversaire. C'est un très beau cadeau. Et puis je croyais qu'anesthésiste c'était être pousse-seringue et j'avais un peu honte de trouver ça chiant. Mais je perçois que d'autres ont l'air d'avoir un point de vue alternatif à l'idée largement répandue qu'un anesthésiste possède 2 neurones: 1 pour pousser la seringue et l'autre pour surveiller la pendule (ou pour faire du fric, ça dépend si on est dans le privé...). Et l'alternative est  qu'il existe un 3ème neurone pour donner sens à notre métier, chacun à sa façon, mais toujours dans le sens de la médecine. Et là, on touche au sublime. A bientôt mon cher John. 

    6
    John Snow Profil de John Snow
    Dimanche 15 Avril 2012 à 21:19

    @ Q@F: Te savoir croisant dans mes eaux et sentir ta présence bienveillante dans mon dos me fait un plaisir, tu peux pas imaginer. Enfin, quand je dis ça, je m'entends bien sûr! ;)


    Pour l'échographie, je trouve que l'engouement des plus jeunes vis à vis de cette pratique devient toxique: on manie de plus en plus l'engin à la façon d'un jeu vidéo sans se préoccuper des rapports anatomiques que d'ailleurs plus personne ne connaît. C'est triste. Les voir peiner les yeux rivés à l'écran alors que leurs mains ne savent pas où elles se trouvent est pour moi une source intarrissable d'agacement.


    Quant à l'homme de Belfort, je m'incline. Tes sources sont sûrement meilleures que les miennes. Un détail cependant: il aurait bien eu sa consultation prévue, le doute initial sur ce fait semble provenir de témoignages stipulant qu'une "consultation succinte" la veille aurait pu avoir lieu. La visite pré-anesthésique, sans doute? Encore une preuve qu'il y a du boulot...


    Je suis moins fataliste que toi sur le dernier point. J'ai un nom, comme le chirurgien. Leur activité est de plus en plus génériquée, ne leur en déplaise. Et nous avons le même titre. Je considère pour le coup que le mien vaut bien le sien.


    @ Xénon: Quoi? Comment? Ai-je bien compris? Un nouveau propofolophile arpentant le désert éthéro-numérique? Si tel est bien le cas je le prends moi aussi comme un cadeau, nous ne somme guère nombreux sur la toile. Bienvenue à toi entre ces lignes, et considère que la résistance s'organise. Bon anniversaire!


     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Dimanche 15 Avril 2012 à 22:38

    Pour l'abus de l'échographie, rien de neuf, juste la machine qui change.

    En effet, il y a le même soucis avec les radios.

    Lors de la naissance de l'aîné, le pédiatre qui le "controle" avant de le laisser rentrer à la maison le manipule pour vérifier la qualité de ses hanches et les articulations fémorales. Pour la suite de la fratrie, le pédiatre de service ( bien plus jeune) ordonne une radio de contrôle à 4 mois alors que tout va bien... Confiante dans le pédiatre "familial" (de type "vielle école"), nous nous sommes contentés d'un examen minutieux. Nous avons eu raison.

    8
    Samedi 12 Mai 2012 à 00:32

    La première fois que j'ai rencontré une anesthésiste, une vraie de vraie, je lui ai spontanément posé la question que tu poses. Parce que pour moi c'était un peu flou, parce que ça m'intéressait, parce que je me disais justement que ce n'était pas qu'un pousse seringue. La fille m'a regardée de haut, de trèèèès haut. Elle m'a littéralement toisée, a eu un soupir à peine plus discret que son regard méprisant et, alors qu'elle allait ouvrir la bouche pour me signifier tout son dédain, mon voisin a prononcé cette phrase merveilleuse : "Non mais en vrai elle est pas débile hein, elle pilote des avions!" J'ai adoré... mais du coup j'ai pas eu ma réponse, parce que la fille a tourné les talons, croyant sans doute à une mauvaise blague... alors merci pour ce blog, maintenant je sais à quoi ça sert, un anesthésiste!

    9
    John Snow Profil de John Snow
    Samedi 12 Mai 2012 à 02:11

    @ Babeth: Eh. ;)

    10
    Dodo@34
    Dimanche 13 Mai 2012 à 15:08

    Hey! juste pour vous dire qu'un autre propofolofile a échoué sur ce blog, a apprécié et se tient prêt à rejoindre la guerilla!

    Non blague à part c'est épuisant d'être pris tous les jours pour un branleur un peu psychorigide. Pas plus tard que cette nuit, l'obstétricien m'a dit croyant faire une bonne blague que l'anesthésie n'était pas vraiment un métier mais plutôt un passe temps..

    Je pense que nous avons certainement aussi une part de responsabilité, à trop peu suivre les malades pour aménager notre vie privée. Enfin pour le coup moi je ne connais que le CHU.

    A bientôt sur Radio Londres

    11
    Vendredi 23 Mai 2014 à 18:29

    excellent travail !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :