• Lettre à Eloïse

     

    Lettre à EloïseCela fait quelques mois déjà que tu ne donnes plus de nouvelles. Que deviens-tu?

    Toi qui t'étais certainement prise à y croire, durant toutes ces années, tu as jeté l'éponge, c'est ça? Nous avions pourtant tant besoin de toi. C'est triste.

    Non, on ne se connait pas.

    Je n'avais même jamais entendu parler de toi, avant. Mais quand j'ai vu les résultats publiés cette année, j'ai tout de suite pensé à toi. Avant même Noémie, c'est dire. Pourtant tout le monde n'avait d'yeux que pour elle à cette époque. C'était toi que je cherchais, je t'ai trouvée. Seule, tout en bas. Je me suis dit qu'on te faisait beaucoup de mal, que tu ne le méritais certainement pas. J'ai essayé de savoir ce que tu devenais ensuite, mais tu n'a pas répondu à l'appel.

    Disparue des écrans radar.

    J'espère seulement que tu n'as pas abandonné tes espoirs initiaux pour de la poterie ou du macramé. Ce serait du gâchis. Du temps perdu pour toi et de l'argent pour nous, aussi.

    Faut dire que c'est un coup sacrément rude, de finir dernière à l'ECN de médecine.

    Tu as dû te sentir blessée. Et tes oreilles ont dû siffler pendant quelques jours. Bien plus que celles de Willy ou Sofian, c'est certain. Même si aux yeux de ceux qui vous jugent vous vous valez bien, tous les trois. Toi, tu fermais la marche. Un drôle de symbole. Moi je sais bien que tu vaux plus que ça.

    Tu n'y était pas, c'est tout. tu avait tes problèmes, ça ne me regarde pas.

    C'est une évidence. Je le sais parce que merde, quand on arrive à six ans d'études à ce niveau, en ayant validé tous les savants modules enseignés par autant de brillants pédagogues, on SAIT le minimum vital. Et juger de ta valeur sur ce foutu classement à cette épreuve quand ta faculté t'a jugée apte à la passer, ce serait chier dans les bottes de tes maîtres.

    Et ils ne feraient pas ça, ces juges. Ce ne sont pas les mêmes. Ceux qui te disent "oui, tu peux passer l'épreuve", mais en te voyant échouer ajoutent "tu n'as vraiment pas le niveau".

    Si? Ce sont les mêmes? Ah, bon. Comprends pas alors. Y'a sûrement une subtilité qui m'échappe. 

    Sache quand même que tout n'a pas toujours été comme ça. Quand j'étais à ta place, il n'y a pas dix ans, nous avions le droit à l'oubli. Le bénéfice du doute. La possibilité de ne pas jouer à un jeu qu'on pouvait croire de dupes. Cela s'appelait un concours, c'est maintenant une épreuve. Je pense que tu saisis bien la différence, n'est-ce pas? Noémie, elle, j'en suis moins sûr.

    Ils ont voulu faire mieux. Pensé à l'excellence. Ils ont dû se dire que parmi les douteux oubliés se cachait peut-être une perle. Quelqu'un qui ferait faire un grand bond pour l'homme. Ils se sont peut-être dit d'autres choses, parfaitement louables. Ils ont juste oublié de penser à toi au passage. 

    Oublié qu'ils te créaient toi.

    La dernière.

    Celle qui ne fait que des petits pas pour l'humanité.

    Tu aurais pu rester. Affronter les quolibets, ça n'aurait duré qu'un temps. On aurait fini par t'oublier, contrairement à Noémie. Elle, elle aura toujours droit aux feux de la rampe. Elle est sur la bonne route, et elle est devant. Tout ne sera pas rose pour elle non plus, certes. Mais ses difficultés ne seront jamais les tiennes. Elle vivra par exemple des coup de pouce que tu aurais pu attendre longtemps.

    Non, toi tu aurais toujours pu conserver cette plaie profonde sous la cicatrice du temps. Profiter de ta mise à l'écart du chemin au départ pour trouver ton propre sentier. Et poser ton sac sur la colline, loin des turpitudes des arpenteurs de route.Tu aurais manqué de lumière, j'en conviens. Mais tu aurais investi en toute quétude des champs entiers de la médecine laissés à l'abandon.

    Car en voulant toujours aller plus haut, plus fort, plus vite cette médecine moderne, elle laisse de grands vides. Quand la PMA attire, l'IVG rebute. Quand la chirurgie réglée séduit, la traumatologie dégoûte. La proctologie fait peu d'émules quand la cardiologie interventionnelle fait vitrine. Et j'en passe.

    On n'a sûrement pas besoin de soigner les trous du cul en France. Ils se portent à merveille.

    Tu as préféré t'en aller. Comme Willy ou Sofian. 

    C'est dommage.

    On aurait pu faire sans ces fameux trous du cul, vous et moi.

    « Le cas SylvineQuality Street »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    BN
    Jeudi 8 Mars 2012 à 20:34

    Anesthésiste , drôle de taf .

    J'ai beau en avoir dans la famille , je trouve ça assez barré comme boulot .

    Mais bon, c'est pas pire que les chirurgiens ... ou que les proctologues !

    2
    djibi
    Samedi 31 Mars 2012 à 18:25

    Jolie lettre à Eloïse. 

    Elle ne la lira sans doute jamais. Dommage.

    --

    JB _ Petit D4, passé par hasard sur ce blog via nfkb, entre deux cas cliniques (of course).

     

    3
    John Snow Profil de John Snow
    Mardi 3 Avril 2012 à 22:27

    @ Djibi: Ce post est raté car je me rends compte que seuls les initiés comprennent ma colère. Merci d'être passé par là, en tous cas. Courage pour toi! Et quand tu y seras, n'oublie pas: regarde derrière et ne juge personne. 

    4
    docboubou
    Mardi 15 Mai 2012 à 13:20

    J'ai lu ce post il y a qq'temps maintenant, et il m'a vraiment marqué ! Il m'a permis de relativiser les ECN. Me demander vraiment, et moi si je minore, je fais quoi ?

    J'entends souvent des nouveaux internes qui disent "tu sais avec un minimum de travail, tu finiras facilement dans les 2000 premiers" (oui oui) sous entendant qu'un classement moins honorables est synonyme de glandage honteux, de faignantise voire de franche stupidité de ne pas avoir compris que c'était tels et tels mots clés qu'il fallait placer. Alors que non, je ne trouve pas que c'est si simple, que nous sommes 7500 motivés et que forcément il y aura les premiers et les derniers, que c'est comme ça, même si on finit tous à 18, il y aura un classement, un point c'est tout.

    Grâce à ce post, je peux me projeter plus facilement dans la peau du minor, parce que je sais que certains de nos ainés savent bien que tout ça c'est du relatif, savent qu'on travaille tous pour faire de notre mieux, savent que le dernier est à la fin et que c'est tout. Je me dis qu'être dernier, ce n'est peut-être pas la fin du monde, que c'est juste être le produit d'un système criticable. 

    C'est toujours agréable de s'imaginer premier,mais grâce à ce post, il est moins désagréable de s'imaginer dernier.

    Merci de penser aux derniers. Merci pour ce post, pour les initiés, certes, mais utile quand même!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    rouji
    Lundi 4 Février 2013 à 00:59

    Juste un petit mot d'une "non-initiée" qui n'a pas l'impression d'être passée totalement à côté de ce post. Et qui est tout aussi effarée de voir qu'après 6 ans d'étude on puisse briser comme ça, sur la base d'un bête "examen", des gens qui auraient probablement fait de très bons médecins. Parce qu'héloïse avait le droit de pas être dans son assiette ce jour là, parce que le fait de douter et la capacité à se remettre en question sont des qualités qui peuvent être terriblement handicapantes le jour d'un concours, je trouve ça assez terrible. 

    Mais le problème n'est pas seulement ce classement. Le problème, c'est aussi tout ces professeurs, tout ces maîtres de stage, qui n'ont pas réussi/pas voulu prendre le temps de trouver les mots pour la rassurer, la convaincre que cela valait le cop de continuer et qu'il ne fallait pas baisser les bras à ce moment là.

    J'enfonce des portes ouvertes mais ça me hérisse le poil. Et je trouve que ce post est tout sauf raté.

    6
    John Snow Profil de John Snow
    Lundi 4 Février 2013 à 22:33
    Ce post a près d'un an, maintenant. On parle désormais sans vergogne des déserts médicaux sans jamais s'interroger sur le fait que chaque année des étudiants ne terminent pas leur cursus. Des gens très bien cherchent des solutions, paraît-il. Mais je n'ai pas le sentiment que quelqu'un explore cette piste, c'est fort dommage.

    Merci de votre lecture attentive! ;-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :